La Petite Afrique

Un voyage à travers le patrimoine africain à Rio de Janeiro

Il y a presque trente ans, lorsque je préparais mon premier voyage à Rio de Janeiro, j’avais un grand désir : connaître en direct une partie de l’histoire étudiée seulement superficiellement dans les livres scolaires mais pleine de mystères et de curiosités, surtout pour nous, Européens. Comme je l’ai mentionné à plusieurs reprises sur ce site, Rio est une ville spéciale qui combine une beauté naturelle extraordinaire et des lieux historiques très intéressants ; c’est une ville de grands contrastes, et parmi ceux-ci, celui qui a particulièrement attiré ma curiosité est la coexistence des souvenirs de l’ancienne splendeur du “Paris tropical” avec l’héritage d’un passé d’exploitation et de traite des esclaves. Il était donc inévitable de concentrer l’intérêt non seulement sur les parties de la ville qui sont internationalement connues pour leur vie mondaine ou pour la glorieuse histoire de l’ancienne capitale du Brésil, mais aussi sur cette partie du centre historique où des pages tristement importantes pour l’humanité ont été écrites. La Petite Afrique raconte un Rio de Janeiro différent, souvent méconnu et peu considéré, mais à mon avis riche en éléments de réflexion très intéressants et surtout, elle semble un paradoxe, plein d’une vitalité qui a traversé les siècles en donnant vie et en gardant intacte dans ses ruelles et ses places la culture du samba.

Pour parler un peu de la Petite Afrique, j’ai demandé à Carlos Arruda, co-fondateur du blog de voyage Vida Cigana (www.vidacigana.com) l’autorisation de traduire et de rapporter sur mon site une belle et complète présentation de ces lieux. Merci beaucoup á Carlos pour la coopération et je vous souhaite une bonne lecture.

Ah, j’oubliais… ces lieux seront bientôt aussi le point de départ d’un circuit historique spécifique sur la samba que je vous prépare. Deux nouveaux circuits, celui de la Petite Afrique et celui de l’Histoire du Samba, qui viendront enrichir l’offre d’excursions dans les rues et les quartiers de la “Cidade Maravilhosa” !

La Petite Afrique, un voyage à travers le patrimoine culturel africain à Rio de Janeiro

(texte et photos de l’article éponyme de Carlos Arruda sur le blog www.vidacigana.com)

La Petite Afrique est la région qui comprend aujourd’hui les districts de Saúde, Gamboa et Santo Cristo, de la Praça Mauá à Cidade Nova, dans la région portuaire de Rio de Janeiro, qui s’est fait connaître sous ce nom au début des années 1900.

Le nom, inventé par Heitor dos Prazeres, faisait référence à une région où il y avait une grande présence d’esclaves affranchis et de communautés quilombos. Pequena África a donc commencé à identifier l’existence de plusieurs lieux qui, ensemble, forment un grand territoire d’influence africaine, comme les “rodas de samba” á la Pedra do Sal et le candomblé de Tia Ciata à la Praça Onze.

Liée à l’oubli, la Petite Afrique est restée en dehors de l’image du Rio de Janeiro moderne construit au siècle dernier, mais aujourd’hui les pouvoirs publics ont enfin agi pour donner à la Petite Afrique la place qu’elle mérite : un nouveau circuit culturel urbain a été créé pour la faire connaître aux touristes.

Le Brésil cache son passé d’esclave

Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, le principal lieu de débarquement des esclaves à Rio de Janeiro était encore le port de la Praça XV, le même que celui utilisé par la haute société de Rio.

Avec l’augmentation de ses proportions, le trafic a commencé à gêner la population, qui a réussi à transférer le marché des esclaves. Jusqu’alors, la limite urbaine de Rio de Janeiro était la rue Vala, l’actuelle rue Uruguayenne, et le marché a été déplacé bien au-delà de cette frontière, dans la région du Valongo, où il n’y avait que des fermes, ce qui a permis de soustraire la traite des esclaves aux yeux de l’élite.

C’est à partir de ce transfert de marché qu’une série de nouvelles activités commencent dans les environs de ce qui est aujourd’hui la région portuaire de Rio de Janeiro.

La traite des esclaves a commencé à amener ses navires au Cais (trad. Quai) do Valongo. Ceux qui n’avaient pas survécu au voyage ont été enterrés dans des fosses communes dans les terres voisines, dans le Cimetière dos Pretos Novos, récemment redécouvert. Les survivants ont plutôt été transférés dans les “maisons d’engraissement” du Largo do Depósito. Ceux qui semblaient en bonne santé étaient vendus au Mercado do Valongo, la grande exposition et le point d’achat/vente d’esclaves de Rio de Janeiro.

La petite Afrique dans le Rio de Janeiro moderne

À la fin du XIXe siècle, le développement des activités portuaires et l’inauguration du chemin de fer voisin ont fait de la région un centre d’attraction pour les pauvres. Les Noirs libérés de l’esclavage ont commencé à arriver du nord-est du pays vers la nouvelle capitale brésilienne à la recherche de meilleures conditions et ont trouvé refuge dans cette région qui émanait désormais de sa propre identité culturelle.

Les anciennes villas ont été transformées en appartements, créant un enchevêtrement de rues, de ruelles et de maisons. Les fêtes y ont rassemblé des compositeurs de maxixe, de choro et de samba jusqu’alors peu connus, tels que Pixinguinha, Donga, João da Baiana et Heitor dos Prazeres, chargé de donner à la région le titre de Petite Afrique.

En même temps, avec la naissance de la Belle Époque à Rio de Janeiro, des réformes ont été menées au centre de la ville qui a tenté d'”homogénéiser” son apparence et de se rendre plus “européenne”. Les vieux bâtiments ont été démolis et la population pauvre a été expulsée vers les banlieues les plus éloignées. Depuis lors, l’histoire de la Petite Afrique a été oubliée par la ville, qui elle a tourné le dos, abandonnant ses maisons et ouvrant ses nouvelles avenues sans tenir compte du patrimoine qui existait ici.

La Petite Afrique comme nouvel itinéraire touristique à Rio de Janeiro

Après la dernière réforme portuaire, qui a fait de la région l’un des pôles des Jeux olympiques de 2016, l’histoire de la Petite Afrique est revenue, bien que timidement, aux yeux de la ville, qui l’expose désormais à ses visiteurs. L’idée est que, par le biais du tourisme, le patrimoine africain de la ville, encore si méconnu, soit mis en valeur et que, de cette façon, le patrimoine de cette région soit protégé.

Le circuit de la Petite Afrique comprend plusieurs lieux disséminés dans la région portuaire qui permettent de comprendre l’histoire si peu connue de Rio de Janeiro. Cet itinéraire touristique est idéal pour ceux qui veulent s’éloigner des schémas traditionnels et qui aiment explorer le visage de la ville là où les projecteurs ne sont pas braqués.

Le circuit touristique de la Petite Afrique comprend entre autres points :

Le Largo de São Francisco da Prainha…

La Pedra do Sal

Le Cais do Valongo et l’Imperatriz

Les jardins suspendus de Valongo

Le cimetière de Pretos Novos

Le point de départ de l’itinéraire est le MAR, le Musée d’Art de Rio, un nouveau bâtiment inauguré sur la place Mauá dans le cadre des réformes olympiques. Bien que le musée n’ait rien à voir avec l’histoire de la Petite Afrique, la visite à partir d’ici permet de combiner la grandeur de ce que la ville montre au grand public avec un itinéraire touristique encore timide qui a besoin d’une énorme visibilité pour rester vivant et actif.

Largo São Francisco da Prainha

Aujourd’hui se dresse une statue en l’honneur de Mercedes Baptista, précurseur des danses afro au Brésil et première danseuse noire du Théâtre municipal de Rio de Janeiro.

Dans les maisons du fond, on pense que l’un des marchés aux esclaves de la ville fonctionnait, comme le montre un tableau de l’époque de Johann Moritz Rugendas.

La Pedra do Sal

Un peu plus loin, le long du Largo de São Francisco, on arrive au Largo João da Baiana, où se trouve la Pedra do Sal. João da Baiana était un musicien de la génération qui a conçu et propagé commercialement la samba dans les radios.

La zone de la Pedra do Sal, historiquement marquée sur ses marches par le travail des esclaves du port, est reconnue comme territoire quilombola et reste le plus ancien quartier noir du pays habité sans interruption jusqu’à aujourd’hui par des Afro-descendants. Aujourd’hui encore, les festivals de samba et de rodas célèbrent l’héritage culturel africain de la région.

Cais do Valongo et Imperatriz

De la Pedra do Sal, vous prenez la Rua Sacadura Cabral jusqu’à Cais do Valongo. Les fouilles archéologiques qui ont mis au jour l’ancienne jetée ont été l’occasion d’inscrire tout le circuit de la Petite Afrique à l’agenda politique et culturel de la ville.

Situé en plein centre de la région portuaire, on estime que près d’un million d’Africains ont débarqué au Quai de Valongo pour être réduits en esclavage au Brésil.

Avec l’interdiction de la traite des esclaves, le Quai a été rénovée en 1843 pour accueillir la future épouse de D. Pedro II, la princesse Teresa Cristina, et c’est pour cette raison qu’elle a été rebaptisée Quai de l’Impératrice.

Les travaux ont donné des airs nobles au port, notamment une énorme colonne avec une sphère au sommet, toujours existante, et quelques statues de marbre placées sur toute son extension, représentant des dieux romains, maintenant déplacées dans les Jardins suspendus du Valongo, situés à proximité.

Avec les transformations du port au début du XXe siècle, ce nouveau quai a également été enterré et a disparu pendant de nombreuses années. Près d’un siècle plus tard, les fouilles effectuées ont révélé les nombreuses couches superposées et ont mis à nu le passé oppressant du site.

Les jardins suspendus du Valongo

La rue Camerino, anciennement Rua do Valongo, était la rue par laquelle les nouveaux esclaves arrivaient pour aller du port aux “Casas de Engorda” (signifiant “maisons d’engraissement”), où ils s’arrêtaient jusqu’à ce qu’ils se rétablissent physiquement et étaient ensuite vendus comme au marché. De nombreuses maisons de la région ont servi à cette fin. Le centre de cette activité était le Largo do Depósito, aujourd’hui Praça dos Estivadores.

Lors des réformes du début du XXe siècle, une partie de la route a été élargie et rénovée. À l’endroit où un travail de confinement a été effectué sur la pente qui l’entourait, un jardin européen suspendu à l’air a été construit qui recevait les statues du Cais de l’Imperatriz comme décoration.

Aujourd’hui, les jardins font partie de l’itinéraire touristique de la Petite Afrique et soulignent encore plus comment les tentatives de cacher l’histoire ont éliminé les souvenirs violents que le lieu a générés.

Le cimetière « Pretos Novos »

Toujours près du Cais do Valongo, dans la Rua Pedro Ernesto (l’ancienne Rua do Cemitério), se trouve le Cimetière dos Pretos Novos. Ce lieu, qui figurait sur les anciens plans de la ville datant du XVIIIe siècle, est un autre point qui est tombé dans l’oubli, tout comme ce qui s’est passé avec la jetée. Après sa fermeture, de nombreux bâtiments ont été érigés sur la zone où sont enterrés ceux qui n’ont pas pu terminer la traversée de l’océan vivants.

En 1996, lors d’une rénovation dans un de ces bâtiments, un couple a trouvé des traces de l’ancien cimetière sous le plancher de leur maison.

Avec la découverte, la maison a été transformée en site archéologique. Plus tard, au même endroit, le couple a fondé l’Institut de recherche et de la mémoire des Pretos Novos (IPN) pour stimuler la réflexion et diffuser l’histoire de ce qui s’est passé dans ces lieux.